Concepts et méthodologie à maîtriser

Concepts et méthodologie à maîtriser

Approche sans couture

L’approche adoptée ici est de documenter l’état de l’atmosphère et de l’océan à travers une continuité d’échelles allant de l’échelle saisonnière, à mensuelle pour finir par l’échelle du système orageux. L’intérêt est de replacer la situation météorologie du jour ou de la semaine dans un contexte de grande échelle qui peut apporter ou non de la prévisibilité.

Echelle saisonnière :

Il s’agit plus précisément de commencer l’analyse par les observations aux échelles les plus grandes en moyenne globale et saisonnière puis analyser leur prévision saisonnière.

Echelle subsaisonnière:

L’analyse pour la prévision subsaisonnière permet d’analyser les tendances au sein d’une saison et éventuellement de confirmer ou amender les résultats de la prévision saisonnière. L’objectif est ici d’anticiper la mise en place de la saison des pluies (retard, arrivée précoce), les phases plus active ou les phases sèches durant la pleine mousson et la fin de saison (retard, fin précoce).

Echelle synoptique:

La prévision synoptique permet d’aller à plus fine échelle, déterministe, de quelques jours d’échéance. L’enjeu est dé prévoir l’occurrence des systèmes précipitants dans le contexte donné par l’analyses subsaisonnière et saisonnière. Un focus est donné aux évènements extrême de pluie.

Cette méthodologie est adoptée lors des briefings hebdomadaires avec un temps dédié à chaque échelle. Les sites web complémentaires sont les suivants: LISTE A COMPLETER

Travail en anomalie intrasaisonnière et en champs bruts

Le travail en anomalie intrasaisonnière est au coeur de MISVA. Cela correspond au travail mental effectué par un prévisionniste expérimenté lorsqu’il analyse une carte de vent ou température. Comme les champs sont très lisses et évoluent lentement, le prévisionniste construit sa propre climatologie et la retire de ce qu’il voit à l’écran.

Les produits MISVA rendent objectifs cette approche en calculant l’anomalie intrasaisonnière des paramètres les plus importants (Eau Précipitable, Potentiel de Vitesse, Vent, Température) comme suit:

Un cycle annuel journalier climatologique est calculé sur la période 1990-2020. Cela correspond à une moyenne journalière lissée pour ne retenir que la variabilité du cycle annuel, cad en ne retenant que les périodes supérieures à 120 jours. Dans la pratique, un filtrage en série de Fourier est effectué en ne retenant que les 3 premièrs harmoniques (c.f. Wheeler et Kiladis 1999).

L’anomalie intrasaisonnière, cad l’anomalie associée aux échelles plus petites que le cycle annuel, est calculée en soustrayant aux paramètre du jour la moyenne climatologique précédente.

Analyser les modes de variabilité intrasaisonnière pour gagner de la prévisibilité

  • Cibler le paramètre adéquat pour un objet météorologique
  • Utiliser des paramètres intégrés pour aggréger l’information

Rechercher